Essais VTTAE Giant au Téléthon d'Haut Mauco (par Thierry L)

le dans Racine
Essais VTTAE Giant au Téléthon d'Haut Mauco (par Thierry L)
Dimanche 6 décembre c’est Téléthon et l’embarras du choix coté rando VTT. Comme je n’ai pas roulé depuis bien longtemps les 17 kms de Benquet me faisaient de l’œil jusqu’à jeudi soir où un achat de valve au retour du boulot se transforme en prêt d’un VTTAE Giant pour le week-end. Changement de cap vers les 35 kms annoncés techniques de Haut Mauco. Une centaine de vélos au départ dont une vingtaine de poulets et poulette de St Sever.


Départ sans assistance les 1er mètres où le vélo s’avère rouler tout à fait normalement puis en mode « Eco » pour le vélo et le « pilote » histoire de se chauffer tranquillement et de discuter un peu avec nombre de retrouvailles. L’assistance électrique est très sensible et très agréable pour rouler dans le flot des VTT «normaux». C’est normal un 29 TS ? … Le vélo me parait à la fois très stable et intuitif. Après environ 5km de roulant, à l’entrée dans un single je passe le mode « Normal ». L’assistance est nettement plus perceptible mais aussi plus violente à sa mise en route. A la première accélération je suis surpris par un cabrage bien plus «violent» que prévu. Au fur et à mesure des difficultés je m’acclimate à l’assistance qui me fait penser, toutes proportions gardées, aux si plaisants Turbos des années 80. Un temps de réponse gênant à la mise en route plus une arrivée brutale de couple qui demande de changer son pilotage. En effet selon sa position sur le vélo et le grip au sol cette arrivée brutale de couple déleste l’avant ou fait riper l’AR (toujours à gauche dans mon cas) si l’on garde ses «habitudes». Je comprends assez vite qu’il faut rester bien droit et ne pas hésiter à «bourriner». Quand on pense à anticiper l’accélération et à privilégier les tout droits à fond, tout devient plus fluide et le grip s’avère même remarquable. Comme en SS quoi ! … (J’en vois certain blêmir devant leur écran). Quelques passages bien pentus me rassurent sur le fait que le mode le plus fort d’assistance (il y en a 3) associé au 1X10 de la transmission (36 X 11-36) permet de passer partout en montée malgré mon absence totale de jambe. C’en est presque gênant quand on double des gars visiblement pas maladroit et en forme eux ! Mais quand on reste bloqué derrière eux sur un gros coup de cul, le redémarrage s’avère laborieux en raison du temps de réponse de l’assistance à la mise en route. De plus (ou de moins) les 22kg de l’engin mettent rapidement le cœur et les poumons dans le rouge quand il s’agit de pousser ! Bin oui, le VTTAE n’a pas que des avantages ! J’avais déjà pu m’en apercevoir au chargement de la voiture…


Le parcours semble avoir été fait sur mesure pour mon essai. Après le départ sans assistance le roulant permettant le mode «Eco», le tournicotant en mode «Normal» et les coups de cul en mode «Sport» Voilà arriver ce que je préfère dans le VTT, les endroits où y a pas à pédaler. Les descentes, tèchenique ou pas. Dans les techniques le châssis est vraiment intuitif et incite à prendre les versions les plus hard du parcours où il s’avère à l’aise ; bien que le poids soit parfois sensible dans les bras sans que cela ne soit jamais gênant. Tout va si bien que je me retrouve totalement hors-piste à devoir rejoindre la trace principale au travers de broussailles et de grosses pentes sans aucune visibilité. Les suspensions et le cadre hyper stable me sortent à merveille de ce mauvais pas, sans autres problèmes que de grosses griffures sur les mollets. Un peu plus loin 2 grosses descentes toute droites avec un bas défoncé me permettent de constater que, là où les 29 ralentissent fortement, le Giant absorbe tout sans brocher et permet de garder beaucoup de vitesse pour aborder le raidillon suivant où le « boost » fait merveille dans les derniers mètres. Là c’est sans aucun remord que je double nombre de gars à la peine. Je n’ai vraiment pas envie de pousser les 22kg sur ces pentes ! Attention même avec l’assistance au max, il faut pédaler ! On passe plus vite, on ne pousse plus mais on doit toujours pédaler fort. C’est là que ce vélo est génial car le plaisir de l’effort est toujours là.
Le retour se fera par du roulant qui me permettra de rouler (en discutant!) avec Jan, Pascal et Carole qu’habituellement je ne vois jamais ailleurs qu’au départ (parfois à l’arrivée). Les jambes sont en feu mais le cœur et le souffle normaux. Ça fait du bien de retrouver des sensations perdues depuis quelques temps.

Seul bémol, la limitation à 25 km/h de l’assistance qui met brutalement un mur. Arrivé à 26 km/h le sable semble coller les roues au sol et fait gonfler les cuisses. Retour brutal à la réalité … + 10kg (et je ne parle pas que du vélo). Honnêtement cette limitation ne m’a pas parue vraiment gênante, m’incitant juste à me faire mal dans des parties montantes ou sableuses pour raccrocher Pascal et Carole qui s’éloignaient dès que je plafonnais à 26. Peut-être qu’ils m’attendaient… mais j’en doute !


Au final que du plaisir. Plaisir retrouvé de faire du VTT, plaisir de pilotage, plaisir de sensations, plaisir de se faire mal mais aussi plaisir de retrouver l’esprit de compétition et la mauvaise foi de la plupart des VTTistes. Toujours pour le plaisir 1 exemple : -« Ah ! Mais y a un moteur ! » Entendu au moins 1 fois sur 2 en doublant des VTT qui ne se font jamais doubler par un vélo sans moteur. Bon c’est vrai que dans le cas inverse, je l’aurais probablement dit aussi… A l’arrivée 40 km au compteur (1 flèche déplacée par l’abruti de service qui me vaudra 5km de plaisir en rab) 26% restant à la batterie, 1 bière et plein de curiosité autour du vélo.
Merci à Giant pour ce vrai All Mountain (dommage tout de même qu’il faille débourser 700€ de plus pour une version avec la grosse batterie), et surtout merci aux Cycles Vincent Neury pour le prêt.


Info de dernière minute : Un autre miracle à mettre au compte de ce vélo, un montois, paraît-il en forme en ce moment, passe brutalement du viril 26’ endurigide d’homme au 29’ TS de tafiole après avoir été déposé par (je cite) « un vieux grabataire » (en mode «Eco») !
C’est beau le progrès !