Rando Raid Iraty d’OKB VTT (par Thomas)

le dans Racine
Rando Raid Iraty d’OKB VTT (par Thomas)
Une fois n’est pas coutume j’ai fait une infidélité à la rando de St Sever en ce 1er octobre. Direction le le Pays Basque samedi 30 septembre et plus précisément Iraty pour mon premier raid VTT. En fait c’est une rando-raid car non chronométrée et sans classement à l’arrivée.

On monte dans un brouillard opaque, retrait de la plaque n°142 au Chalet de Cize, vérification du matériel de sécurité obligatoire, je dépose le vélo et profite avec ma moitié d’une étape gastronomique chez Etchemaïté à Larrau. Excellent dîner arrosé d’un Madiran vielles vignes tout aussi savoureux. La vue sur la montagne depuis la salle de resto est juste magnifique, même si le ciel est encombré de lourds nuages. Pas vraiment le repas idéal une veille d’épreuve VTT mais bon j’essaie de réunir tout sur le weekend…

Dimanche départ à 7h00 de l’hôtel, signature de présence, briefing sécurité et à 8h05 c’est parti ! Nous sommes 188. Compte tenu des conditions météo (pluie et brouillard depuis 2 jours), la boucle supplémentaire de 15km pour le « grand » circuit de 80km a été annulée car jugée trop dangereuse. Comme je suis inscrit sur le 65km je n’en pâti pas. J’ai commis l’erreur de me positionner dans le dernier tiers au départ, et ça bouchonne au bout d’1km quand nous sommes sur un single boueux. Je perds ainsi de vue dès le départ mes 2 camarades de Bikikoz retrouvés sur place. Tant pis je passe en mode solo, ça me va bien aussi. On se traîne lamentablement sur les 3 premiers km, on passe 2 fois dans un ruisseau plus les flaques de boues : ça y est je suis trempé ! On va se réchauffer avec une première ascension bien coton qui se termine par un portage suivi d’un single à flanc. Dommage ça bouchonne encore, on peut vraiment pas rouler, j’enrage. A un passage un gars de l’organisation est là pour nous récupérer et éviter que l’on tombe dans un ravin. Ambiance montagne, c’est sympa ! mais du coups tout le monde marche dans ces portions un peu délicates. S’ensuit une portion de montée sur piste dans cette magnifique forêt d’Iraty, notre modeste allure nous permet de repérer les champignons déjà bien présents. Ca devient tellement raide qu’il faut à nouveau descendre du vélo et pousser !

Au km12, premier ravito : il aura fallu 1h30 ! à ce rythme je ne suis pas rendu… Il commence à bruinasser, et je vous prie de croire qu’il ne fait pas chaud ! nous sommes à 1300m d’altitude, les passages en crète (ou le vent souffle fort) nous congèlent. 2è ravito au km26 après 2h30 d’efforts, essentiellement en montée. A l’exception d’une sympathique descente de crète, bien raide, bien glissante, que je me ferai un plaisir de descendre comme une brute, tous les autres sont à pieds. Sinon pour le moment le reste du parcours me laisse sur ma faim d’un point de vue descente, et commence à me gonfler d’un point de vue montée. Nous avons à peine fait 1300m de D+ sur les 2500 prévus. Je me console avec un sandwich au lomo cuit à la plancha, en fait c’est pas une bonne idée car les mètres suivants c’est une montée raide qui se fini par un portage… le sandwich a du mal à passer ! Le brouillard est de plus en plus épais et on n’arrête pas de monter. On va dépasser les 1400m d’altitude, passer vers les cromlechs d’Okabe au ravito 3 où j’arrive à 12h26. Après ce ravito un gars de l’organisation m’encourage presque à abandonner… il semblerai que pas mal de concurrent soient déjà rentrés… par la route. Pendant ce temps les premiers sont arrivés à St Jean Pieds de Port ! On refait la montée et portage du début du parcours mais en haut on part à droite (et no pas à gauche comme ce matin), comme d’habitude sur des singles à flanc bien étroits et glissants, et les pédales qui tapent sans cesse sur les bordures tant les brebis ont creusé les sentiers. Les passages en rocher sont extrêmement glissant. Inutile de dire que tout cela commence à être pénible, même si j’adore être sur mon vtt !

Finalement après le ravito 4 (14h08) il me reste 17km et plutôt plus de descente que de montée, même si ces dernières seront encore bien raides. On arrive par derrière St Jean Pieds de Port et par le haut de la citadelle, on descend puis remonte la rue d’Espagne et l’arrivée se situe sous la halle du marché. Ouf ! c’est fait ! il est 15h45, j’ai dû rouler environ 7h15 (pas de compteur, de montre ni de chrono pour vérifier), je suis le 88è à arriver (y compris ceux qui ont abandonné puisqu’ils avaient obligation de se présenter à l’arrivée). Je signe la feuille de présence, nettoie le vélo, bois 2 bière et mange l’axoa, que ça fait du bien !

65km, 2500D+ : au final un effort long, un parcours moyennement technique, des conditions difficiles tout le long, un balisage tiptop, ravito idem, très bien organisé.

Content de l’avoir fait mais vivement le prochain enduro, c’est quand même plus drôle !