Samadet 2018

le dans Racine
Samadet 2018

Certainement rassurés par une météo salvatrice depuis quelques jours, plus de 300 Vététistes décident de finir en beauté cette semaine sur les parcours de la randonnée organisée à Samadet. Il faut avouer que la saison hivernale nous a pour la plupart refroidi et rare sont ceux qui s'étaient jetés à l'eau, et c'est peu de le dire, pour chevaucher leur monture; mise à part les amateurs d'acqua poney bien entendu. Il faut dire que la Chalosse par temps de pluie et peu propice à la pratique sereine du tout terrain sur deux roues. Le ventriglisse est plus adapté tant l'argile la glaise et autre bouillasse que sais-je sont comme une patinoire mais sans la glace. J'ai le souvenir de certaines années où même en acqua-poney sur quatre pattes ont se serait retrouvé les quatre fers en l'air.

Le départ libre permet une bonne fluidité, je valide. Un peu à la bourre et surtout pour une reprise, je m'engage avec mon poto sur le 35 km. Les singles ne font pas attendre, l'idée des traceurs est simple et efficace à priori. On prend toutes les collines du coin on grimpe et on descend. Certains cachent bien leur jeu car il devait y avoir un maçon dans l'équipe qui s'est fait plaisir en nous faisant monter deux ou trois murs. Pas interminables mais bien piquants. Inévitable donc de pédaler autrement que le cul sur le bec de selle pour contrer et d'un la géométrie « cabreuse » de mon destrier surtout dessiné pour descendre et de deux faire accrocher la roue arrière sur le sol resté parfois glissant et pavé de galets humides et affleurants. Rien de scandaleux, le terrain est bien praticable et après les quelques sorties sablonneuse effectuée au cours de la saison « d'Ull » cela fait plaisir de faire enfin du vrai VTT. Les deux premiers tiers du parcours sont physiques et ludiques. Les singles se succèdent, bien propres et aux trajectoires calculées par de vrais pratiquants. Quelques pataugeoires et autres jacuzzis à Grouik parsèment de temps à autres les fonds de talweg comme pour nous rappeler la chance qui nous est offerte en cette semaine ensoleillée de rouler sur cette randonnée que je définirai de « Râ lovely ».

De l'avis de plusieurs têtes connues sur les parcours habituels du 64 présentes en ce jour du seigneur c'est un beau parcours qui nous a été proposé. Mais je ne vais pas vous chanter la messe en latin seulement vous confirmer le plaisir retrouvé. Le plaisir d'avoir mal aux jambes le plaisir de prendre enfin un peu les freins celui du printemps et son camaïeu de verts tendres et celui de passer un peu de temps avec une pression à la main en bonne compagnie. Le plaisir enfin, tel un gamin qui à sauté dans les flaques et qui se fait arrêter devant la porte de la maison dont l'entrée est interdite aux sangliers crasseux.

Respect aux organisateurs pour le boulot abattu. Tout ça m'a filé la banane. Parole de singe tout juste sorti de l'hiver.

Buzz.


( Ull : dieu de l'hiver et de la chasse)
( « Rhââ Lovely » de goblib : le cliché débile du « ah ouais c'est bon, c'est bon » et Râ dieu du soleil )