News

les 1200 de Cyril

le dans News 2016
les 1200 de Cyril
Sous l'égide de la FFCT était organisé un brevet des randonneurs mondiaux de 1200km. (Il fait 1217km officiellement)

Le concept est simple, ce n’est pas une course, il faut boucler un parcours imposé en moins de 90h, temps de repos compris, il faut donc rouler, rouler, rouler, sans perdre de temps...
- 239 inscrits
- 40 annulations avant départ
- 181 partants effectifs
- 16 pays représentés - Allemagne (10), Autriche (6), Belgique (9), Espagne (6), Italie (3), Pays-Bas (4), Royaume-Uni (10), Écosse (1), Irlande(3), Russie (2), Thaïlande (1), USA (6), Japon (1), Israël (1), Colombie (1), Venezuela (1).
- 17 points de contrôle
2 départs étaient donnés, un premier le dimanche 8 juillet à 20h et le deuxième le lendemain à 5h.

J'étais dans le groupe de dimanche, placé dans des sas par groupe de 20 cyclistes, départ toutes les 5 minutes pour fluidifier la circulation.

20h07, c’est parti, ça part même très très fort, je regarde mon compteur, nous sommes en peloton à 35km/h sur la piste cyclable qui permet de sortir de Bordeaux et ça relance jusqu’à 40km/h en sortie de virage !!!

Je ne tiendrai jamais 90h à ce rythme, je me sépare du groupe et reste seul à une vitesse de 24, ça suffit largement.

Evidemment, je me fais doubler par au moins 80 cyclistes partis après moi et qui roulent à une allure de fou…
Je me retrouve seul dans la campagne girondine à me demander ce que je fous là… j’ai fait 50 kilomètres et je me pose sérieusement la question d’abandonner tout de suite, n’ayant manifestement pas le niveau pour suivre les autres.

Arrivent les premiers faux plats dans les vignes de l’entre deux mers, il fait bientôt nuit et je commence à voir les feux arrières de ceux qui m’avaient doublés quelques kilomètres avant. Je ne m’emballe pas et continue à mon rythme et malgré ça, je double un grand nombre de vélos qui manifestement sont partis beaucoup trop vite !

Les jambes tournent, le moral est bon, 3h05, premier contrôle à Vaunac en Dordogne, je suis 108ème à passer, pas terrible mais je suis dans les temps.

J’écoute les conversations, beaucoup sont déjà très fatigués, n’ont plus les jambes alors que l’on a fait que plus plat. Peut-être (surement) leur départ a-t-il été trop rapide ?!?

Les choses sérieuses commencent seulement maintenant…

Du D+, vous en vouliez, en voici, en voilà… les points de contrôle se succèdent, je passe en 27ème position à Chartrier Ferrière (km244) en Corrèze à 6h56, Montpazier à 11h16 en 20ème position, classement que je garderai plus ou moins jusqu’à la fin.

Non, je n’ai toujours pas dormi, je m’arrêterai quand je serai fatigué ! ;)

Je roule seul la plupart du temps, je vois toujours les mêmes têtes aux points de contrôle.

Les points de contrôle se succèdent, j’arrive à Soumoulou (km568) à 1h41, complètement défoncé (de partout) et je m’octroie une première pause sommeil de 2 heures.

Les températures de plus de 40°c de l’après-midi ont mis à mal les organismes.

4h je pars vers Asson puis le Soulor, 8h54 j’en arrive à bout, mais à quel prix !!! J’ai fait les passages les plus raides en poussant le vélo (bravo le cycliste !!!)

Je continue à travers le Béarn et le pays basque, le D+ est omniprésent et cassant, à 11h, le thermomètre affiche déjà plus de 35°c.

J’arrive à Hendaye en 13ème position sous les klaxons, il est 22h29, la France vient de se qualifier.

Je suis à point, cuit, archi cuit, les quelques micro siestes de l’après-midi à l’ombre n’ont pas suffit, je dors de nouveau deux heures.



Dernière ligne droite et remontée à travers les plats pays des Landes et de la Gironde, mais quelle remontée !!! beurrkkk !!!!

Les jambes ne tournent plus, j’ai mal au genou gauche, la route est gravillonnée et n’a aucun rendement, il fait 38°c, je suis seul et pour couronner tout ça, 30-40km/h de vent de face sur 275km. Je plafonne entre 17 et 18km/h, les kilomètres défilent très très lentement !!!!

Je me console en me disant que les conditions sont les mêmes pour tout le monde.

Je ferai beaucoup de micro siestes au fond des fossés à l’abri des regards dans la journée, la fatigue est belle et bien là, mais l’arrivée se rapproche, il faut garder courage.

Je pointe en 30ème position à Andernos (km1064) à 19h45, ce fut fastidieux d’arriver jusque-là, mais le club local nous avait préparé un super buffet, 5€ avec sandwich, boissons et salades le tout à volonté, pas la peine de préciser qu’avec moi, ils n’ont pas fait de bénéfice.

Le soleil se couche, la proximité de l’océan permet une descente rapide des températures, le buffet copieux et une micro sieste de 10 minutes m’ont redonné de l’énergie, les conditions sont optimales et après une très longue et dure journée les jambes retournent enfin.

J’arrive à afficher et maintenir la vitesse fantastique et extraordinaire de 24km/h ;)

Je roulerai encore toute la nuit coupée de deux siestes de 20 minutes pour enfin arriver à la destination finale à 6h20.

Je boucle enfin ce BRM1200 en 29ème position !!!
- 1229km au compteur en 82h13, mission accomplie
- 59h08 de pédalage
- 23h05 d’arrêt dont environ 7h15 de sommeil
- 10990m de D+
- 20,8km/h de moyenne
- 59 abandons
- Environ 45 litres d’eau bue
- 3 litres de coca
- 1 litre de redbull
- 1 vélo à 15kg équipé avec porte bagages et couchage
- 1 demi boite d’ibuprofène
- 1 tube de déflamol

C’est une expérience éprouvante et incroyable à vivre.

Pour conclure, comme l’a déjà dit un certain Jean de Lafontaine, rien ne sert de courir, il faut partir à point.





16ème rando du Cap de Gascogne (par Bernard, président de VTT40)

le dans News 2016
16ème rando du Cap de Gascogne (par Bernard, président de VTT40)
Merci pour tous les messages encourageants après notre rando du 2 Octobre.

Nos excuses auprès de ceux qui ont été génés par les motos, celles ouvrant le 45 km ont rattrapé les VTT du 35 km et inversement.

Avec le circuit en "8" de cette année, on n'y avait pas pensé !
Ce sera corrigé pour la prochaine édition.

A bientôt pour la cani-vtt, cani-cross, cani-marche du dimanche 4 décembre 2016 à Hagetmau au lac d'Halco et pour notre rando de printemps à Samadet le Dimanche 23 Avril 2017.

Angoumé - 09 octobre 2016 (par Denis Graffiti)

le dans News 2016
Angoumé - 09 octobre 2016 (par Denis Graffiti)
En ces temps de « roc » (le célèbre Roc d’Azur se déroulait ce wk), pour ce dimanche matin direction Angoumé au Sud de Dax : la seconde édition du Roc des carrières nous attendait.

Le départ étant à 9 h, inutile de se presser, mais arrivé sur place, le parking est déjà bien rempli, car c’est quelques 350 vététistes qu’il faut accueillir !

On est trois du club à avoir fait le déplacement ; Roulio, Olivier L. ma pomme et Chantal (les autres diables ont préféré rouler « en local » après la rando de Saint Sever pour tester les derniers singles ouverts pour l’occasion).

Après le petit café de bienvenu, le traditionnel petit débif d’avant départ (ceux du fond ne vont pas entendre car pas de micro), nous informe que les parcours sont variés, un 15, 27 31 kms et la possibilité de faire 53 kms en revenant au point de départ et en empruntant une partie du 27… C’est bon pour moi ça ! Et c’est une bonne idée, cela évite de baliser encore des chemins et limite le roulant puisque l’on repasse sur une bonne partie des singles du 27.

9h00 : c’est parti sur un rythme plutôt élevé, après un premier single plutôt rapide, une petite bordure de prairie, on enchaine avec encore un superbe single bien technique avec de jolis passages. Les premiers vont passer sans encombres, mais pour les autres, ce sera les bouchons que « bison futé » n’avait pas prévu !...

La suite sera une succession de chemins en sous bois, de quelques bordures de champs et de singles parfois techniques, mais souvent mal nettoyés (les ajoncs ça pique, ça fait mal, bras et jambes s’en souviennent encore). Ils ont été ouverts pour l’occasion dans les forêts de pins et dans une herbe qui pousse sous forme de touffes, cet ensemble tabassait pas mal avec un manque de rendu au coup de pédales et usait pas mal les organismes !

Retour sur Angoumé pour les derniers sentiers avant de refaire le fameux petit tour supplémentaire pour le 53. Et là, les choses vont se compliquer, avec un passage par une partie des singles déjà empruntés à l’aller, les flèches du départ n’étant pas enlevées et pas de balisage pour le retour ! C’est la grosse panique avec des VTT dans tous les sens… Après avoir coupé pour revenir sur Angoumé, je repars avec 4 autres vététistes motivés pour essayer de faire le 53. Et nous y sommes parvenus finalement !

A l’arrivée, nous attendaient le sandwich et la boisson, mais déception pas de bière. Vu le prix de 8 € finalement élevé, celle-ci aurait été la bienvenue. Le cube n’était pas là et lui ne vient que pour ça !

Une bonne petite rando avec une bonne préparation, mais parfois insuffisante. Un balisage désastreux sur la fin, dommage le reste était correct. Le parcours dans l’ensemble tabassait pas mal, nul doute que l’année prochaine ce problème devrait s’améliorer avec le passage répété des vététistes et un entretien régulier des sentiers…

Hasta la vista ! Denis Loeb