News

2ème rando de Poyanne (Par Ballou)

le dans Racine
2ème rando de Poyanne (Par Ballou)
Après la Doazit dimanche dernier, encore une très belle rando ce dimanche à Poyanne. 3 parcours sont proposés: 20, 30 et 40km.

Nous sommes 7 représentants du club: Roger, Jean-Yves, Yann, Philippe, Laurent, Christophe et moi même. Nous partons en queue de peloton pour le 40km, mais peu après le départ, Laurent casse la patte de son dérailleur. Nous attendons plus loin et finalement Yann et moi repartons car on nous dit que Laurent est retourné au parking. Dans la confusion, nous perdons Christophe et Roger.

Nous attaquons très vite des beaux singles, bien tracés et bien préparés: palettes là où il faut, bon fléchage, du beau travail! Malgré la fraicheur du matin, nous nous réchauffons très vite sur ce profil exigeant. 1er ravito à 10km. Bon accueil, diverses boissons, tartines à la confiture, abricots secs, quartiers d’oranges et bananes, 4 quarts. Nous attendons un peu pour voir si Christophe et Roger arrivent, mais pas de maillots jaune et noir à l’horizon.

Nous repartons pour un peu de piste et nous accédons à une zone cross country super sympa. Malheureusement, nous avons rattrapé beaucoup de monde et c’est un peu encombré. On fait avec, et on prend toutefois beaucoup de plaisir à évoluer dans ce secteur: montées, descentes, singles, virages relevés: Un vrai régal. Peu après ce secteur, Roger nous rattrape et nous dit que ça ne monte pas jusqu’à présent. Il ne le sait pas, mais il vient d’éviter de peu d’être violement balancé dans le fossé par Yann et moi-même! Nous arrivons finalement très vite au second ravito au 20ème km où nous prenons le temps de récupérer. On repart. Là encore un peu de piste pour rejoindre une nouvelle zone technique. Les singles sont très bien tracés et font chauffer les cuisses par moments!

Une réflexion que l’on s’est faite avec Yann en roulant: nous empruntons des pistes ou des routes peu de temps finalement. Juste de quoi récupérer et nous rejoignons à chaque fois un nouveau secteur joueur assez rapidement. Nous parvenons au 3ème et dernier ravito aux environs du 30ème km. On discute un peu avec les jeunes qui s’en occupe, on avise le canard juste à côté de nous et Roger décide qu’il mangera du canard ce midi!

La dernière partie n’est pas la plus facile: Des singles techniques et assez physiques à 2 ou 3 endroits avec de très fortes montées qui fracassent les cuisses y compris sur les secteurs pistes...finalement, ça monte pas mal puisque nous totaliserons 600m de D+ sur le 40km.

Nous arrivons sur le parking, pas mécontents d’arriver malgré tout et on se retrouve Yann, Roger et moi au bar pour partager un verre.

Inscriptions à 6€, comprenant un sandwich et une boisson à l’arrivée: très correct.

Une rando vraiment très intéressante, bien tracée, très bon fléchage et des secteurs vraiment sympas avec en prime un très bon accueil!

Bravo!!!

Rando de Doazit (par Balou)

le dans Racine
Rando de Doazit (par Balou)
Quoi de mieux qu’une belle rando pour clore ce mois d’août ? Eh oui, si les vacances touchent à leur fin, les randos, elles, ne s’arrêtent pas encore, heureusement !
Nous voilà donc 9 vététistes du club (70 au total) pour cette magnifique rando à Doazit, le dimanche 30 août.

Les organisateurs proposaient 3 distances : 10-20 et 30km.
Les 10 premiers km sont clairement orientés très tout terrain avec quasiment que du single : à peine 9km/h de moyenne sur ce 1er secteur, c’est dire.
Des passages très techniques en sous bois, des coups de culs et descentes très sympas.
Un peu gras par endroit, heureusement qu’il n’avait pas plu avant.
1er ravito pour récupérer et s’informer de la suite : c’est plus roulant nous dit-on...
Effectivement la moyenne progresse, mais ce n’est pas de tout repos malgré tout. Il y a davantage de piste c’est vrai, mais encore des singles dont certains ne nous sont pas inconnus.
Second et dernier ravito et petite pause bienvenue.
Le dernier secteur du 20ème au 30ème km est dur, de la piste pour commencer mais avec pas mal de montés sélectives qui se succèdent...ce secteur fait mal !!
Nous avons encore droit à des singles, assez exigeants physiquement, il est clair que cette dernière partie est ardue.

Le tracé de cette rando est vraiment très intéressant. Attention : malgré « seulement » 30km (600m de D+), ce parcours est largement plus physique que le long parcours de Morcenx par exemple.

Malgré un ciel très bas en début de matinée, ça s’est bien découvert vers 10h30 et nous avons eu droit à une météo très agréable.

Deux remarques constructives : contrairement à l’an passé où le fléchage était impeccable, cette année, celui-ci est très approximatif par moments.
Les rubalises sont souvent mal placées et trop tardivement lors des bifurcations. On a fait pas mal de demi tours en voyant le fléchage trop tard, après avoir passé un embranchement par exemple.
Les ravitos un peu légers avec des boissons, tartines de paté et 4 quarts.

On signalera également la très bonne cohabitation entre les vététistes, les marcheurs et les cavaliers.

Bref, un temps magnifique, un tracé super, vraiment une rando qui gagne à être connue.

Merci aux organisateurs et à l’année prochaine !

Rando du quartier de la chapelle d'Ygos (par Carole)

le dans Racine
Rando du quartier de la chapelle d'Ygos (par Carole)
Vidéo (par Yann)

Très belle rando proposée par le comité des fêtes du quartier de la chapelle à Ygos, une centaine de vététistes présente (nous étions 7 du club) ainsi que quelques marcheurs.

Pascal m’a accompagnée sur les 50 km où nous nous sommes régalés sur les nombreux singles souvent très longs et joueurs comme on les aime, des descentes plus ou moins techniques, des passages roulants bien placés pour calmer le coeur et décontracter les cuissots.

Le paysage et le terrain y sont variés, on aurait pu se croire sur nos terres chalossaises ou bien du côté de Léon. Trois passages nous ont obligés à quitter notre selle: du sable tout mou, une riquiqui montée impossible tellement abrupte et un fossé assez profond qui aurait mérité d’être aménagé par une palette et non pas par une simple branche, fallait être au moins 2 pour s’en sortir!!
Autre difficulté, la chaleur qui nous aura affaiblis surtout sur les 15/20 derniers km, l’eau et coca frais des ravitaillements eux aussi bien placés nous éviteront le dessèchement afin de bien finir cette rando.

A noter aussi le manque de balisages visibles à 2 endroits nous obligeant à faire demi tour pour retrouver le bon itinéraire; ainsi que sur le 35 km, problème de fléchage suscitant un retour plus rapide que prévu avec environ 27 km au compteur.

4ème Noctambuche (par Buzz)

le dans Racine
4ème Noctambuche (par Buzz)
Photos 0, 1, 2, 3, 4, 5, vidéo (par Yannick)

Nous sommes huit de Saint Sever pour cette quatrième noctambuche organisée par les vieilles gamelles de Léon. Départ prévu à 20h pour plus d'une centaines de participants équipés de lampes gilets jaunes et autres équipements de signalisation. Je choisi le grand parcours accompagné par une bande singlespeedeurs locaux ou pas d'ailleurs comme David dit " stringman" venant de plus loin et connu de la communauté franco européenne de la mono vitesse pour ses habitudes de collant rose surmontée de string blanc et son slogan "à poil " gueulé en toutes occasions.

Le roulant du départ permettra aux sacs à vitesse de prendre un peu d'avance avant d'attaquer les singles. La lumière n'est pas encore utile alors que le ciel est bien dégagé. Très rapidement nous entrons dans les bois à la queue leu leu et l'obscurité s'épaissie. Toutes les lampes s'allument progressivement car la nuit le champ de vision rétréci et toute l'attention se reporte à l'endroit où l'on va mettre sa roue avant. Quelques speudo difficultés font poser le pied à beaucoup dans une cacophonie incroyable digne des meilleurs rassemblements ornithologues : une micro racine une micro pente une micro descente. Je boue au milieu de tout ce beau monde comme si je sortais du micro onde. Je demande très très gentiment à plusieurs reprises à un participant plus piéton que vttiste de me laisser passer mais manifestement il ne réagit pas. Je réalise alors qu'il ne comprend pas le français et il qu'il fait parti d'un groupe d'espagnol venu en touriste. Je réalise donc aussi mon piètre niveau d'espagnol. Comment lui dire "pousse toi C......" Restons poli. Je fini par le doubler laissant les autres se dépatouiller avec la bande ibérique.

Le circuit n'est pas techniquement compliqué mais la nuit le rend joueur. Les bruyères en fleurs renvoient l'intensité de nos Leds. Un croissant de lune se faufile entre les géants de résine sur un fond de coucher de soleil noir et rouge. Le silence s'installe au fur et à mesure que les distances se créent. La bande de single speed se reforme. Je vois mon ombre projetée par mon suiveur sur un écran de brouillard naissant. Ambiance digne d'une nouvelle de Maupassant. L'humidité tombe un peu et le ravito tombe à pic après environ 22 km. Au menu crêpes et gaufres maison avec Nutella. Le top. Il a fallu en motiver plusieurs pour remonter sur le bike avant de trop se refroidir.

La deuxième partie se fera à un très bon rythme entre singlespeedeurs de niveau à peu près égal. Chacun profitant des erreurs de celui qui mène la troupe pour prendre le relais et imprimer sa propre cadence. Le premier n'a pas la tâche facile, il doit repérer les flèches et joue le rôle d'éclaireur pour ceux qui suivent. La vitesse imposée à tour de rôle par les mono-rondelles font exploser les dérailleurs qui roulaient avec nous. Il faut dire que le circuit est essentiellement fait de single tout à notre avantage. Le retour se fera le long du lac de Léon de méandre en méandre de passerelle en passerelle puis enfin la remontée par la route jusqu'au bourg. Tiens revoilà les sacs à vitesse !

Après une très bonne douche bien chaude nous prenons l'apéro, c'est sympa de revoir les potos du club sans oublier notre féminine. Stringman ne peut s'empêcher de tester la bonbonne d'hélium. Nous finissons vers 1h30 notre repas servi par les vieilles gamelles que nous remercions pour cette initiative nocturne bien organisée et bien achalandée. S'ils pouvaient juste essayer de ne pas faire de pub pour la cinquième édition jusqu'en Espagne ça serait le top du top. Nan je déconne, faut juste interdire les dérailleurs. Pfff allez c'était super je reviendrai